Pourquoi ce livre ?

RSA_bandeau

 

 Courant 2009, QI Édition cherchait des auteurs pour sa nouvelle collection « Pour les deb – La collection pour les débutants ». Sa visée était claire : marcher sur les brisées de la collection à succès « Pour les nuls », en favorisant pour sa part des auteurs français (et non pas, bien souvent, des traductions) et en offrant en plus pour un prix égal voire inférieur, un cd-rom ou un DVD de compléments. Pourquoi pas ?

 Dans la longue liste des titres recherchés, en figurait un sur l’aquariophilie d’eau douce. C’était dans mes cordes mais que pouvais-je apporter ? Les livres équivalents étaient nombreux sur le sujet. Toutefois la plupart avaient ce point commun de se vouloir tellement pratiques qu’ils en étaient dirigistes. Une recette à suivre, c’est bien ; mais dans notre spécialité, c’est du vivant que nous manipulons. Or, si ce dernier échappe ou part dans une direction inattendue (comme cela arrive souvent) et quitte la route balisée, comment s’adapter ? Difficile de jeter la pierre pour autant : compte tenu de l’abondance de l’illustration (pas forcément didactique), la part laissée au texte est bien maigre.

 Ce qui était appréciable chez QI Édition, c’est qu’il n’y avait aucun cahier des charges – si ce n’est de faire bien et abordable – et guère de vraie contrainte de longueur puisque toutes les images seraient sur le cd-rom. Je pouvais détailler les choses autant que nécessaire, avec comme priorité de faire comprendre (et non apprendre) les principes. Non pas une information sur l’aquariophilie d’eau douce mais une formation de l’apprenti aquariophile, avec pour lui la perspective – très stimulante – de faire ses propres armes avec ces bases, là où ses goûts le porteront.

Et puis, je pouvais ainsi y intégrer toutes les approches que je trouvais intéressantes dans l’aquariophilie actuelle, avec toutes les dernières avancées les plus prometteuses. Tout ne viendrait pas de moi, c’est certain, mais quel livre sur le sujet peut y prétendre – et d’ailleurs, cela serait-il souhaitable ? En revanche, je pouvais faire ma cuisine avec tous ces ingrédients.

 Selon l’adage qui veut que l’on écrive les livres que l’on aimerait avoir dans sa bibliothèque, je me suis lancé sur plus de six mois, comme un stakhanoviste, dans ce travail d’assemblage, de mises en perspective, de recoupements presque trop scrupuleux et de digestion des différentes techniques et expériences, y compris celles que j’avais moi-même déjà expérimentées, afin d’obtenir un guide personnalisé, le plus complet possible à ce niveau.

 Le « feuilletage » du concurrent direct « pour les nuls » (tandis que je faisais le mien « pour les deb »…), que je n’ai volontairement touché qu’une fois que mon propre manuscrit quasi achevé, me prouva que ce n’était vraiment pas le livre que j’aurais aimé acquérir, que ce soit au niveau du contenu et surtout du ton ou du style employé. J’avais donc fait quelque chose de différent. Dans le mien, le cd-rom apporte un plus, c’est inévitable, ne serait-ce qu’en montrant en vidéos certains gestes d’installation et de maintenance, mais très honnêtement, le véritable bonus est bien à trouver dans le texte du livre.

 En fait, là où l’on touche le paradoxe de ce style d’exercice, c’est que les meilleurs juges de ce livre seraient les aquariophiles confirmés… qui très logiquement, ne s’intéresseront pas d’emblée à un guide orienté pour les débutants. Le jugement à venir se fera sur les parcours d’aquariophiles en herbes, qui commenceront ou recommenceront avec ce livre. L’écho sera plus long à revenir. Je les espère en tous cas nombreux et que leur expérience sera solide et enrichissante, car c’est pour cela que ce livre a été écrit, afin de partager la fascination que peut exercer l’aquariophilie, à la fois complexe par toutes les disciplines qui s’y combinent et naturellement évidente.

 

Mickaël Legrand, octobre 2010